SPIP Blog

Du logiciel libre et de la tendresse

Accueil > Communauté > Rumeur > La liberté d’expression sur le Web menacée ?

La liberté d’expression sur le Web menacée ?

jeudi 22 janvier 2009, par cedric

Il y a parfois de quoi se poser la question.

En témoigne un extrait de mail reçu par Madame X de la part de Monsieur Y et concernant la société Z (ce billet tient à respecter l’anonymat des protagonistes) :

« X a mis sans me demander mon aval une fiche sur le site de Z, j’avais jamais fait gaffe mais les infos concernant la société sont erronées, peux tu supprimer la fiche du site rapidement s’il te plait car ça porte préjudice à la société.
Sinon je vais finir par porter plainte contre le site et X
personnellement car je me bats depuis une semaine en envoyant des
mails à la liste Herbier et à X personnellement sans obtenir gain
de cause. Donc si je peux éviter je préférais... Je ne vous informe
pas sur le droit de l’information personnelle, vous le connaissez
aussi bien que moi...

Je fais suivre le mail à mon conseil qui se chargera de vous contacter si ma requête n’est pas résolu rapidement. »

De quoi parle-t-on ici ?

D’un site, « L’Herbier de SPIP », qui (je cite la mention en pied de page)

« est une collection, un album photo de sites réalisés avec SPIP, saisis à un moment donné de leur existence sur la toile. »

M. Y reproche donc à l’herbier d’avoir fait une capture d’écran du site de sa société à un moment donné et de la publier. Il reproche aussi au site de « L’Herbier de SPIP » de diffuser des informations fausses et préjudiciables.

Pour mieux comprendre l’aberration de sa demande, regardez donc la page incriminée dans le cache de Google http://209.85.129.132/search?q=cach..., et comparez la présentation de la société Y (que nous ne nommerons pas) avec celle qui figurait sur son site en 2006 :
http://web.archive.org/web/20061023...

L’Herbier de SPIP ne fait qu’une citation du site de la société Y, accompagné d’un court commentaire de la maquette graphique et d’une copie d’écran datée.

Il n’y a donc rien de répréhensible dans cette publication, qui ne porte aucun préjudice à M. Y ni sa société Z et ne fait que témoigner d’un instant vécu sur le web.

Intimidation et menace de procédure

L’intimidation et la menace de procédure ont toujours été utilisées pour tenter de limiter la liberté d’expression.

Devant un mail menaçant comme celui-là (ou plutôt devrais-je dire devant moults mails menaçants, car M. Y a manifestement sorti la grosse artillerie à spam), les administrateurs de l’Herbier de SPIP ont joué l’apaisement et souhaité retirer l’article incriminé, soucieux de respecter la liberté de M. Y

Mais en agissant ainsi, rendrait-on vraiment service aux libertés dans leur ensemble ?

Il me semble au contraire que non :

  • La liberté de M. Y n’était en rien bafouée par l’article incriminé qui ne faisait que le citer (par un court extrait textuel de son site de l’époque et une capture d’écran).
  • La liberté éditoriale de l’Herbier de SPIP a, elle, été atteinte. Combien d’autorisations faudra-t-il dorénavant demander à chaque nouvel article ?

Plus généralement, n’oublions pas qu’en tant que contributeur à SPIP, nous participons à un projet qui se voulait un outil à la disposition de celles et ceux qui veulent exercer leur liberté d’expression sur le Web. Ne gâchons pas ce projet en nous auto-censurant devant la moindre menace et en laissant croire qu’il est si facile de faire taire ceux qui ont quelque chose à dire.

Avec moi, dites Oui au maintien en ligne de l’article 176 de l’Herbier de SPIP et merde à M. Y.

Messages

  • Suis poli alors je ne dirais pas merde, mais oui gardons en ligne l’article.
    De plus si je ne m’abuse :

    • légalement il y a prescription
    • les informations sont datées et contextualisées donc non mensongéres.
  • Non mais attends la prescription ça vaut pour un délit, là y a pas de délit ! Y a juste un gars qui veut contrôler son image et qui essaie à coup de menaces de faire réécrire les archives d’un média de la communauté SPIP.

  • Ouais, l’intimidation c’est révoltant.

    En même temps, dans le monde entier, les gens recourent sans cesse à la force ou l’intimidation pour résoudre leurs problèmes, au dépend des plus faibles. C’est même une source de gloire pour certains, reconnus comme puissants.

    Si ça se trouve, le demandant se fait intimider par tout son entourage, ses ex associés, etc... Du coup, il nous fait la même en pensant que dans la vie, ça marche comme ca, et qu’il va pouvoir lui aussi jouir de puissance à bon compte.

    Pas de pot, nous c’est SPIP, et on s’en fout de l’intimidation.

    En plus, si vraiment y’en a un qui insiste trop, on a les meilleurs avocats de la place dans la communauté...

    Alors je propose qu’on reprenne les choses là où on en était avant cet épisode : SPIP logiciel libre et tendresse, et on demande les choses poliment :p

  • Bon bon bon ... faut il le remettre en ligne ou pas ... mon coeur balance

  • Pour la communication, Internet est un espace fantastique !
    Nous l’utilisons tous...
    Par contre les informations erronnées ou qui peuvent porter à conséquences existent...
    Il est important que les rédacteurs et les modérateurs en prennent conscience, et soient informés de la législation, c’est ce que nous faisons également, lors des formations à Spip que nous organisons dans notre association...en évitant de citer nominativement des personnes, sans leur autorisation, leur fonction étant alors précisée...

    Dans le cas présenté, je n’ai pas la possibilité d’apporter un jugement, car je ne dispose pas de toute les informations...

    Par contre un petit rappel des régles de respect et de quelques éléments de la législation, ou un renvoi par liens, peuvent être utiles à tous et donc présentés sur le site...

    Michel

  • En matière de publication, donc de presse, il y a prescription au bout de trois mois, donc nullité à agir pour « Y ».

    Le fait de l’enlever et de le republier, même à l’identique, est un nouvel acte de publication, faisant repartir la prescription. « Y » peut donc attaquer, quant à gagner ou perdre je ne sais pas.

    Donc :
    Fallait-il l’enlever ? NON - il y avait prescription
    Faut-il le remettre ? NON - risque de procès

  • Tout pareil :

    Oui !
    et Merde !

    nan mé...

  • Yes ! Shit ! Shit ! Shit !

  • le droit à l’image est une liberté.

    Si la personne ne veut pas être dans l’herbier ; il faut respecter cela.

  • Je ne vois pas très bien en quoi le texte en question posait problème, en même temps je ne connais pas le contexte du business de Y. En tout cas je n’ai pas l’impression qu’il y avait quoi que ce soit qui puisse constituer une diffamation.

    Mais si ça peut rendre service de le retirer, pourquoi pas : l’herbier n’est pas là pour embêter des gens et je ne vois pas l’intérêt de republier pour le principe. On peut toutefois regretter vivement la manière maladroite dont la demande est formulée, notamment les menaces d’hypothétiques poursuites.

  • « Préjudice » ? je ne vois vraiment pas ou il y a préjudice.
    Il est navrant de constater que la menace est la première chose qui vienne à l’esprit de certains.
    Peut-être un moyen de rentabiliser un avocat ou un conseil payé à l’année ?

    A l’avenir, pour éviter des problèmes de cette nature tout en respectant la libre expression de l’équipe SPIP, serait-il possible de permettre une modification de la fiche de présentation d’un site dans l’herbier par le webmestre ?
    Serait-il possible de lui envoyer un mail pour lui indiquer la présence de son site dans l’herbier ?
    Ce n’est pas grand chose mais cela pourrait peut-être éviter des clashes.

    En résumé :
    je suis contre la menace !
    Je suis pour envoyé un message de félicitation sur le travail réalisé avec SPIP !!
    Les entreprises privés devraient plutôt remercier SPIP de pouvoir faire du bénéfice grâce à un logiciel libre !!!

    Devant la bêtise de certains, nous devons tenir tête !!!!

  • Outre la méthode particulièrement agressive, ce qui est vraiment invraisemblable dans cette histoire, c’est que M. K.B. oublie un détail essentiel : est ce que l’utilisation de SPIP a aussi nuit aussi a sa boite ?

    L’Herbier est géré par la communauté qui lui permet de gagner sa vie en faisant des sites SPIP !! C’est énorme, c’est consternant, c’est hors-norme d’être si pitoyable et stupide.

    Ce ridicule monsieur K.B. utilise un fabuleux outil gratuit, conçu, développé et promu par une communauté talentueuse (et exemplaire à tous les niveaux) et se permet de les menacer pour une simple copie d’ecran ? Qu’il s’oriente vers un autre CMS ou qu’il en fasse un lui même.

    Ca serait bien pratique de pouvoir interdire l’utilisation de SPIP aux têtes pleine d’eau car il me semble clair que des neuneus pareils nuise à son image !!!

    Je suis à 200% derrière vous et n’hésitez à lancer un herbierthon si besoin !!

    « Donne à manger à un piaf sans cervelle, il te chiera dans la main »...

  • Par curiosité, je suis aller voir si ce cher monsieur K.B. avait de petites notions d’éthique. Il semble qu’il soit étranger au concept : sur quasiment aucunes de ses réalisations il ne mentionne l’utilisation de SPIP dans les crédits.. Consternant...

    Et puis juste pour rigoler un peu (mais pas trop, je ne veux pas lui faire trop de pub non plus), admirez le joli design d’un de ses sites, délectez-vous des subtiles nuances de violet, orange et gris, hmmm !!

    C’est possible de faire un site sous SPIP si moche ?? Ca se vend ca ??? Ca nuirait pas un peu à l’image d’une entreprise un truc pareil ?

    Un joli site fait par monsieur Y.

     :-)

  • Ce que je trouve le plus choquant, c’est que le monsieur X en question n’hésite pas quand ça l’arrange à se présenter comme membre actif contribuant à la communauté SPIP (ce qui est objectivement vrai d’ailleurs).

    Mais on ne peut pas cracher dans la soupe comme ça !

    Donc, puisque le son site n’est plus visible dans l’herbier, qu’il ne le soit plus, il aura un lien de moins vers lui.

    Et la raison de ne plus l’afficher, c’est répondre à la demande de quelqu’un qui de par son comportement officiel et public décide librement de s’exclure de la communauté SPIP.

  • L’esprit flicaillon est bien vif par ici.

  • dommage le plugin bonux qui permet de trier les articles par le nombres de commentaires n’est pas installé ... on ne pourra pas savoir si ce billet remporte la catégorie « commentaires d’or »

  • Les seuls préjudices pourrait être : la recopie de l’œuvre graphique. Sachant que l’on ne peut pas en appeler au droit à citation vu qu’une œuvre visuelle même réduite en dimension ou partiellement reproduite reste un plagiat si l’auteur n’est pas consentant.

    Reste néanmoins le fait qu’il n’y a pas de diffusion à but commercial et que le préjudice de cette reproduction minimisée semble bien maigre. Sachant qu’il n’y a pas (du moins de pas encore) de texte préjudiciable à la société, le temps perdu en procédure serait bien plus important que les dommages et intérêts gagnés.

    Puisque je les évoque, des textes posant la bonne question quant aux menaces reçues pourrait donner le change. Le droit à la liberté de la presse et la critique journalistique existe bel et bien (du moins à partir du moment ou le journal de presse est reconnu comme tel). Hors des journaux qui tourne sur SPIP, allié de SPIP, il y en a, que ce soit sur le papier ou sur le NET ...et en quantité.

    Je ne pense pas que la menace judiciaire soit une façon très judicieuse de se faire de la pub... Vous travailleriez avec un fournisseur procédurier vous ?

  • Un frisson de panique vient de me parcourir l’échine !

    En effet, je suis sur le net depuis… trop longtemps peut être à la vue de certaines réactions que je ne comprends pas ou plus ?

    J’en ai fait des sites où j’ai publié des liens et des favoris … d’abord pour moi puis pour les clients, on m’a demandé parfois d’en modifier les adresses, d’autres fois encore d’actualiser le contenu. Mais on ne m’a jamais menacé de telle manière !

    Ca me fait penser que je dois bien figurer sur un tas de photos avec une tignasse de cheveux noirs, alors que maintenant je suis bien plus séduisant, dixit les dames, avec mes tempes poivre et sel ;-) . Je ferais bien un procès à toutes ces vieilles photos jaunies et tous ces sites qui les hébergent (fesses-bouc, fliquer, sky-plok… et j’en passe) !

    J’imagine bien, qu’en cette période, le gestionnaire de l’herbier pourrait être en vacances.
    Et pourquoi pas à la neige pendant 15 jours ? et donc le délai d’attente d’une semaine me paraît réellement trop court.

    Laissons 3 jours de lessives au retour, 1 jour de rangement du matériel alpin, démontage du coffre de toit et dessalage de la voiture encore 1 journée pour en finir. Nous sommes donc à 15 jours de vacances, plus 5 jours ouvrables, plus 2 jours de WE donc pas de panique avant 21 jours … CQFD

    Néanmoins, si vous n’avez pas de nouvelle après 21 jours pensez d’abord à appeler le 18 ou le 112, au cas où le gestionnaire aurait été happé par une avalanche ! dès fois que l’on vous accuserai de non assistance à personne en danger… mais chut je vous ai rien dit hein !

    De plus, je veux bien moi y figurer dans l’herbier, en effet même si le site qui me présenterai était pourri et qu’il n’attire aucune visite, le buz fait autour serait un magnifique moyen promotionnel… inutile mais promotionnel ! et si c’était le but recherché … ?

    Quoi qu’il en soit faire appel à des mecs en robe pour se défendre n’a jamais fait très viril :-)

  • @Marik : Le « mec en robe » est une nana, et on n’a demandé à personne de « faire viril ».

  • Moi ce que je trouve quand même ahurissant dans tout ça, c’est que l’herbier est bien perçu comme un tableau d’honneur de jolies choses.

    Je me mets donc à la place du « plaignant » :

    Oh, un site qui parle de mon travail, qui le trouve tellement beau qu’il en a fait une saisie d’écran accompagnée d’une URL.

    Ah je ne vais pas laisser passer une aussi grosse atteinte à mon intégrité professionnelle !

    Ils vont voir ce qu’ils vont voir : il ferait beau jeu qu’on dise du bien de moi sans devoir immédiatement ravaler ces paroles par une saisine auprès du greffe.

    On marche sur la tête ou bien ?

    En revanche, si les informations sont erronées (et là je vous laisse juges), le droit lui permet de demander la modification ou la suppression desdites informations.

    En revanche derechef, si les informations ont été copiées verbatim, il y a effectivement à revoir dans le ton de M. Y.

  • Oui, oui, les informations diffusées sur la page incriminée sont correctes. La première phrase présente l’activité par... une citation extraite du site en question. La seconde phrase est un commentaire de l’Herbier sur le site référencé, plutôt flatteur. Ces infos sont datées et correspondent bien à ce qui était diffusé par ce site à cette période, comme en témoigne cette archive publique : http://web.archive.org/web/20061023223020/http://www.ergonomind.fr/

    Ceci dit, l’Herbier ayant pour vocation première de présenter des sites et leur réalisation, et non pas leur activité, je suggère de rogner la première phrase du descriptif, de façon à n’évoquer ni la marque, ni la société, ni son activité, afin que celui-ci corresponde mieux à la ligne éditoriale.

    Mais il n’y a pas lieu de retirer cette page de l’Herbier.
    Et oui, on marche sur la tête :-)

  • Le bon sens me ferait invoquer le droit de citation : http://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_de_citation.

    La capture d’un écran donné, daté et correctement cité (ce qui est le cas ici) correspond à une citation courte telle que présentée dans le lien ci-dessus.

  • Oui, merde à ce monsieur. La présentation de son site sur l’Herbier est effectivement plutôt flatteuse... dommage qu’il compromette la réputation de sa société par ses façons bêtement procédurières, Ses futurs clients sont prévenus.... Pourquoi ne pas le retirer de l’Herbier ?

  • J’avais illustré un article sur les dégâts des bombes à sous munition et l’implication de sociétés françaises dans le financement de leur production par une photo d’une agence d’une de ces entreprises.... Quelques mois plus tard j’ai reçu ça :

    ==============
    Cher Monsieur,
    Voudriez-vous me dire qui vous a donné l’autorisation de prendre mon agence en photo ?
    Un collaborateur en cherchant des images d’X, tombent justement sur la photo de l’agence dans laquelle il travaille, assortie d’un texte peu valorisant, plus ou moins fondé et en tous cas n’ayant aucun rapport avec cette agence.
    Espérant que vous ayez un excellent avocat,
    Merci de me répondre.
    ZZZ
    ==============

    Voilà ma réponse...

    En effet, la photo de l’Agence X qui est affichée dans l’article :

    http://www.pppppppp.php?article452

    du site de « mon association » est celle de la route de N à P..

    Elle a été effectuée pour mettre en exergue la publicité d’X « C’est la chance chez X » qui nous semblait en contradiction avec la politique de la société X qui en 2005 investissait directement ou indirectement, dans des entreprises productrices de mines antipersonnel et de bombes à sous-munitions.

    Vous remarquerez que la photo de votre agence a été choisie pour la relative discrétion du lieu, en effet la route de N ne peut être considérée comme un lieu de passage très fréquenté
    et que la référence à votre patronyme a été effacée de celle-ci, stipulant s’il le fallait, que vous n’étiez en rien visée par cette référence photographique.

    Je vous ferai remarquer que l’image d’un bâtiment est dans le domaine public et qu’en conséquence elle peut être utilisée par tout un chacun. Sur tout moteur de recherche Internet, vous pourrez d’ailleurs vous promener photographiquement dans les rues des grandes villes de France et y trouver de nombreuses enseignes commerciales.

    Cette campagne de mon association et de ses partenaires a entrainé la décision du Groupe X d’arrêter tout investissement pour compte propre dans des entreprises productrices ou distributrices de bombes à sous-munitions (BASM). Pour complément d’information sur ce sujet voir le communiqué de presse de mon association

    et là je donne un lien avec l’article

    Maintenant, si vous estimez que l’affichage de la photo de votre Agence X dans notre site Internet vous fait PERSONNELLEMENT tort, c’est sans problème que je la supprimerai de l’article en question : ce n’était pas le but recherché. Vous comprendrez qu’il est inutile de mettre en balance une éventuelle « pression juridique » et par ailleurs, pour vous rassurer, je peux vous affirmer que mon association dispose d’un service juridique performant.

    Très cordialement à vous.
    ============

    Depuis : silence radio !

    Tant que la citation de l’image d’un site n’est pas associé à un commentaire délictueux, ou dégradant, l’image d’un site Internet fait partie du domaine public au même titre qu’une façade d’immeuble : ne nous laissons pas impressionner !

  • Oui au maintien en ligne de l’article 176 de l’Herbier de SPIP et merde à M. Y.

    Moi je dis que SPIP doit devenir une grosse multinationale avec un PDG à parachute en nickel et un service juridique hyper performant : un conglomérat d’avocats basé dans un paradis fiscal pour menacer tous ceux qui affichent en page d’accueil de leur site qu’ils utilisent une version de SPIP victime d’une faille alors que la faille a été corrigée.

    C’est trop mauvais pour l’image de SPIP.

    SPIP v.2.0.0 rc1 (13243), nan mais.

    ET puis aussi, il faut poursuivre ceux qui ouvrent des forums qui permettent l’anonymat, na.

    ET puis, je vais me poursuivre aussi tiens, ça va rigoler.

  • Valà, je me suis poursuivi ;-)

    (31 court derrière 30)

    Bisesssssssssss, même à Y, tiens. C’est peut-être un effet de la crise ?

  • Un mot de Cambronne ? Allez, on peut faire ça.

    superbe ZoroSPIP ^^ , et bises à Suske (on se revoit quand ?).

  • La liberté d’expression est menacé quand une partie ou le tout des commentaires est- fermé. Ce qui est le cas ici.

  • A part un coup de blah blah en espérant faire peur sur une éventuelle conséquence juridique, ils ne pourront rien faire de mieux. N’importe quel avocat en conviendra je pense.

    C’est comme quand un opérateur de téléphonie mobile menace d’envoyer un huissier. Ca vaut tripette ! Looool quoi !

    Please laissez cet article en ligne (d’autant que d’un point de vue perso, cette version là de leur site était beaucoup plus sympa que l’actuelle !!!) et laissez les crier dans le vide ;)

  • @33 : ben explique moi comment tu as pu publier le tiens alors :-D

  • Très décevant venant d’une équipe réalisant de si belles intégrations de SPIP. A mettre sur le compte de la mauvaise humeur elle même due à une mauvaise méteo ?

    Connaissant déjà l’ancienne version de leur site pour l’avoir remarqué à l’époque je trouve, au contraire, que cette entrée dans l’herbier les sert bien. Ils n’ont pas à en avoir honte... Le préjudice est difficile à cerner... Ils exploitent pleinement SPIP pour leur business... Le ton est maladroit et la menace affligeante... Aller ! Ya un truc là derrière... c’est louche inspecteur...

    Quant à parler de menace de liberté d’expression... Boarh, faut parfois relativiser un peu nan ?

  • Curieux agissements de ce Monsieur X qui lui même n’hésite pas à pratiquer brutalement la censure en supprimant d’un autre site communautaire, les profils de ceux qu’il n’aime pas.. Je sais j’en ai malheureusement fait les frais.

    Pourquoi tant de haine envers le produit qui, me semble t’il, lui a rapporté contrats et argents...Je rejoins pour une fois et c’est rare Realet dans son analyse.

    Il ne peut de toute façon, et dans le cas présent dire qu’il subit un préjudice, car c’est l’image d’un site à un temps T et qu’à cette époque Monsieur X a certainement trouvé matière à se vanter sur le fait que ce site était présent sur l’herbier.

    Ensuite il y a manière de dire et de faire !! Une demande simple, claire et limpide sans élever la voix aurait été la meilleur méthode pour que tout ça se passe en silence, à l’amiable...

    Mais on ne changera pas la nature humaine et les gens procéduriers restent procéduriers.

    Que ce site saute, et que Monsieur X ne fasse plus entendre parler de lui, ni sur SPIP ni sur les listes ni partout d’ailleurs !!!

    Monsieur X est sans doute plus malin que nous tous, donc qu’il fasse son taf tout seul dans son coin, mais pour le maintien des bonnes relations, vaudrait mieux virer tout ce qui touche à lui !

  • Internet c’est de la merde.

    Donc je m’en fous.

  • Moi je dis que X n’avait pas à référencer sur son site Z le site d’Y sans lui demander son avis.
    On m’opposera le fait qu’un moteur de recherche comme Google ne fait pas de demandes pour référencer les sites. Mais tout le monde sait que la procédure est automatisée et échappe au contrôle humain.
    Dans le cas de X, il s’agit d’un référencement manuel, donc conscient. Et en tant que tel, il doit demander l’autorisation à Y.
    C’est tout.
    Après Y le procédurier est probablement un con (ou une conne) mais le monde est ainsi fait.

  • @jeronimo : Si je comprends bien

    • un robot a le droit de référencer sans rien demander (ben oui c’est automatique, ça echappe au contrôle humain... tiens on se demande bien qui a programmé le robot alors !)
    • un humain n’a pas le droit de référencer sans rien demander.

    Juridiquement ça tient pas la route 2 secondes ton truc tiens... Il y a des thèses complètes à revendre sur ce qui différencie le comportement humain et celui d’un robot, sur comment distinguer l’un par rapport à l’autre en aveugle etc ... Je suis sûr que le législateur et les tribunaux ont les compétences pour ce genre de débat.

    Plus sérieusement, le moyen de récolter l’information n’a rien à voir avec le droit ou non de la publier. Même google n’a pas le droit de publier n’importe quoi sous pretexte que c’est son robot qui l’a récoltée. Robot ou pas, la publication est sous la responsabilité de l’humain.

    Dans le cas qui nous occupe, on est dans le domaine de la citation, tant pour le texte que pour la copie d’écran datée.

    Le tout augmenté d’un commentaire élogieux. C’est sans doute la que portait le préjudice, ainsi que le faisait remarquer Stéphane

  • Je ne veux pas polémiquer, mais quand je dis qu’un robot n’a pas de conscience, c’est clair que tout le monde comprend, même s’il a été programmé par des humains.
    Il y a plein d’exemples dans la vie ou l’on accepte la décision de la machine parce qu’on sait qu’elle fera son travail toujours de la même façon, sans favoritisme.
    C’est complètement différent quand un humain fait le même travail consciemment, et heureusement. X est un humain et doit se comporter comme tel (respect, politesse, courtoisie, etc...) Choses que la machine ignore, et c’est pour cette raison qu’on lui pardonne.

  • Mouais.

    Tout le monde répond à cet appel au lynchage avec des avis définitifs, mais très peu de personnes répondent aux billets concernant SPIP 2.

    Peut mieux faire la communauté SPIP.

  • Merde à SPIP aussi alors !

  • Ah non, mince ... c’était quoi la question ?

  • laisse l’article avec la capture d’écran

    d’autant qu’il vendent des prestation en ommetant de citer les auteurs, bafouent les licences d’utilisation, voir ici :
    http://www.ergonomind.com/
    également son site de’aplications :
    http://shop.ergonomind.com/
    et la
    http://shop.ergonomind.com/56-thelia-flash-xml-9.html
    etc ...

    quand on regarde le code source ça ressemble fortement à du SPIP ... mais aucune mention ni liens

    en gros ils pompent la communauté, se font du blé sur son dos et pas le moindre retour vers la communauté spip et les auteurs qu’ils spolient en ne respectant pas la licence creative commons :
    http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr

    que chacun des auteurs ayant participé aux plugins et outils de la communautés qu’il utilise pour son entreprise lui demandent des comptes pour non respect de la licence

  • remi : respire.
    le premier site dont tu parles mentionne bien qu’il est réalisé sous spip.
    les second et troisième sont développés à partir d’un open source de e-commerce qui n’a rien à voir avec spip.
    pas de bafouillance de licence (ni d’irrespect) donc.

    cela dit, je ne trouve personellement pas illégitime la demande à l’oubli.
    qu’elle se fasse sur un ton juridico-menaçant dénote plus (à mon humble avis) d’un trait de la personnalité du demandeur que d’une volonté de porter atteinte à la liberté du web, et de ce point de vue, une réponse ironique (dans un grand éclat de rire) aurait sans doute été suffisante (même si l’envie de baffer, des fois, hein !...)

    quant à la communauté spip (!) dont on pourrait s’exclure en n’en respectant pas les règles...
    je ne la vois, pour ma part, pas comme un ensemble (même trés maléable, élastique) mais plutôt comme un champ d’énergies multiples, facétieuses qui s’attirent, se repoussent, s’absorbent, explosent parfois (nuées de lucioles des nuits d’été)...
    ce sont toutes ces énergies que nous mettons à faire, qui nous relient, nous maintiennent, nous soutiennent.
    le départ (l’expulsion) de la galaxie spip ne peut être causé, décidé, par les forces internes qui la tiennent en vie.
    celui qui part s’est déjà éteint.
    ça peut paraitre soulageant, parfois ; tardif diront certains : c’est toujours attristant.

  • le départ (l’expulsion) de la galaxie spip ne peut être causé, décidé, par les forces internes qui la tiennent en vie.
    celui qui part s’est déjà éteint.
    ça peut paraitre soulageant, parfois ; tardif diront certains : c’est toujours attristant.

    Magnifique !

  • J’ai déjà eu et j’ai encore ce genre de demandes, plus ou moins détournées, au début, puis plus directes, parfois injurieuses.

    J’ai parfois un peu aménagé les références lorsque les formulations pouvaient être ambiguës mais je n’ai jamais retiré les noms. J’attends toujours les procès... et la jurisprudence qui l’accompagnerait.

    Avec le recul, je regrette parfois la complaisance ou la gentillesse que j’ai pu avoir en modifier mes textes ou commentaires à des demandes manifestement hypocrites.

    Il s’agit toujours de personnes qui ont publié des livres ou dirigé des périodiques et qui voudraient tomber dans l’oubli pour ne pas nuire à leur plan de carrière (pour lequel elles n’hésitent pas à se faire intervieuwer pour la grandeur de leurs projets qui se révèlera peut-être un jour un fiasco qui les conduira à faire censurer la presse qui les encensait alors... bref : la roue sans fin de la réécriture de l’Histoire).

    Lorsque l’une de ces personnes se vente de l’autorité de son passé, qu’elle me reniait — et c’est son droit — auparavant, pour défendre son patron du quotidien Le Monde, je souris. Surtout qu’il a écrit cette défense sous pseudonyme. S’il se reconnait, je l’attends (mais il ne travaille pas avec Spip).

    Évidemment, je suis complice des n... etc. et je finirais certainement en prison et ruiné (un ruiné c’est quelque de normal qui a été anormalement riche avant ; ce serait la dernière mode).

    Comme dit plus haut, il y a certainement autre chose derrière cette affaire et L’Herbier n’a pas à être pris en otage dans des règlements de compte. Allez, je ferais jurisprudence avant l’improbable procès contre L’Herbier ou contre tous les dépôts légaux du monde entier :)

  • Là Karim il déconne non ?

  • avant de partir dans la procédure judiciaire je suis sûr que maitre eolas serait ravi d’apporter son éclairage sur la question

  • Merde à M. Y. (pratik de pas savoir qui c’est ;p)

    De toute façon c’est un privilège d’être sur l’herbier !

  • Si on était un premier Avril on pourrait rire mais là franchement...

    Oui et merdre alors !

  • Oui au maintien en ligne de l’article 176 de l’Herbier de SPIP et merde à M. Y.

    http://shop.ergonomind.com/16-spip Ne sont que les templates « XML Website templates » de TRIWORKS .NET - DESIGN STUDIO, que l’on trouve sur le site de flashden http://www.flashden.net/user/triworks

    http://shop.ergonomind.com/flash/45-squelette-spip-flash-xml-portfolio-nb.html c’est
    http://www.flashden.net/item/full-xml-website-v1/3467
    http://shop.ergonomind.com/35-squelette-spip-flash-xml-full-avec-plugins.html c’est
    http://www.flashden.net/item/full-xml-website-v2/8786

    Donc il en porterat jamais plaînte contre qui que se soi, car de son coté il ne cite, ni ne respecte le copyright de l’auteur (Flashden / Triworks)

    copyright : http://www.flashden.net/faq/usage#q5

    What is a Copyright Infringement ?
    ...The file must NOT be based on any other file. For example : You cannot submit a website template that is similar to an established website. You cannot submit a file which is similar to a file for sale on another website...

  • En arriver jusque là, c’est plutôt exagéré.

    Cependant, il devrait être possible, pour l’auteur d’un site screenné, de faire indiquer, à sa demande, sur l’herbier de Spip que l’url est obsolète, tout en gardant le screen et l’url, témoins d’un instant sur la toile.

    Reste que l’Herbier est un recueil de lien et qu’il n’est en rien responsable de l’état des sites référencés.

  • Bonjour,

    je suis plutôt du genre de ceux qui aiment ouvrir leur gueule et avide de liberté d’expression, de grandes causes etc...

    Pour autant, dans le cas présent, l’herbier de SPIP (initiative que je soutien à 1200%) n’a pas vocation informative au sens où l’information qu’il publie n’est ni plus ni moins que des photos avec éventuellement une pub pour les sites référencés.

    Aussi, si mon site y était référencé, ce serai un honneur, mais je peux aussi comprendre et admettre (même si je trouve cela idiot) que quelqu’un n’ai pas envie de paraitre sur SPIP herbier et demande à ce que le screenshot de son site soit supprimée de l’herbier.
    Peut-être a t-il été incorrect dans ses propos, et peu m’importe les raisons qui le poussent à vouloir disparaitre de l’herbier, je pense néanmoins que c’est son droit, il peut avoir envie que l’image qu’il montrait en 2006 soit oubliée et, à mon sens, il n’y a pas à discuter sa décision.

    Maintenant, ce monsieur est peut-être un gros con, un bouseu, je ne le connais pas personnellement, mais je pense que le mieux, serai de virer son site de l’herbier et de tourner la page.... y a des choses bien plus importantes que des bouseux de passage dans la vie ;)

    bruno .... oh oui, un jour je serai dans l’herbier ;)

  • En choisissant d’oblitérer les expériences complexes de l’histoire, l’objectif omniprésent de cette initiative est d’effacer le passé et de réduire ainsi les choix à ce qui est en solde dans la vitrine de l’instant. :)

  • Rigilo :
    hmmm...
    je crois que là tu confonds la légitime (je me répète) demande à l’oubli qui émane de « l’auteur », et la tentative de réécrire l’histoire qui, elle, émane des « pouvoirs » qui maîtrisent les canaux de diffusion de l’image.

    il est illusoire de croire que laisser en accès public des données d’archive serait purement mécanique (base de données, moteur de recherche...) et irresponsable (le : « c’est pas moi, c’est la machine ») ; c’est vouloir se cacher derrière son petit doigt.
    permettre l’accès public à des archives est un acte politique[1] ; c’est même l’un des cœurs de la liberté du web (témoigner).

    pour en revenir au titre de ce billet : La liberté d’expression sur le Web menacée ? la réponse est « oui » (bien évidemment).
    l’est-elle par cette requête[2] ? à mon sens « non ».

     
     
     

    [1] dans le sens où il a pour conséquence de voir son effet s’inscrire dans l’ensemble des relations humaines.
    [2] je précise, une fois encore, que je ne parle pas de la « forme » (que je trouve exécrable) de la demande.

  • Pourquoi tant de pub pour de mauvais coucheurs frustrés ?

    Ne parlez pas des cons, vous leur faites de la publicité !

    Il y a même une démocratie qui a élu son président sur le matraquage télévisuel : il passait en photo, en harrangues et grossièretés diverses à TOUS les journaux télévisés, tous les jours sur les chaines les plus regardées !

    Plus il traitait ses électeurs d’abruris, plus il les abrutissait, plus il devenait un personnage.

    ( Mais non, pas en France ! )

    Même la publicité comparative, c’est une façon de promouvoir son concurrent.

    Oui à la liberté d’expression, mais ne gaspillez pas votre énergie : la liberté d’expression a surement de meilleurs terrains à défendre et des moyens plus efficaces.

    Parlez des logiciels libres, montrez les, montrez leurs avantages, inutile de comparer, vos interlocuteurs seront libres de le faire et de vous intérroger.

    Bonne chance et bonne année à tous.

  • Moi je me rend compte que j’ai raté le troll du siècle ... J’aurais quand même bien aimé lire un commentaire qui le défende, juste par esprit de contradiction ... ;-)

  • Honte à moi, je reload le troll, mais je viens de lire un truc sans équivoques sur le blog de Maitre Eolas, qui a l’an dernier publié une M.A.J. significative de son article de 2005 « Bloggeurs et repsonsabilités ».

    Concernant l’affaire de l’Herbier, ce passage a retenu mon attention :

    2. la responsabilité pénale du blogueur en raison du contenu de son site.
    .../...
    - les faits se prescrivent par trois mois à compter de la publication, c’est à dire que si les poursuites ne sont pas intentées dans ce délai de trois mois, elles ne peuvent plus l’être. De même, il faut qu’un acte de poursuite non équivoque ait lieu au moins tous les trois mois, sinon, la prescription est acquise.

    L’article dans sa globalité est très intéressant, je vous le recommande :
    http://www.maitre-eolas.fr/2008/03/24/905-blogueurs-et-responsabilite-reloaded

    Comme je vous recommande également les « mentions légales » d’une autre avocate bloggueuse : http://bricablog.net/index.php/mentions-legales qui sont déjà à mourir de rire pour le béotien que je suis, c’est dire la poillade qu’elle doit provoquer chez les juristes :P

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.