SPIP Blog

Du logiciel libre et de la tendresse

Accueil > Ailleurs > SPIP, Wordpress : un genre de comparaison, côté rédacteur

SPIP, Wordpress : un genre de comparaison, côté rédacteur

mardi 8 octobre 2013, par Ysabeau

Cette, petite, série [1] d’articles est un essai de synthèse d’une discussion qui a eu lieu pendant l’été 2013 sur la liste SPIP-rezo. Ce deuxième chapitre est consacré, comme son titre l’indique, à la comparaison des deux CMS du point de vue des rédacteurs. L’optique est de comparer des fonctionnalités des deux outils de gestion de contenu.

Les comparaisons se font entre les dernières versions des CMS, donc la 3 pour SPIP et la 3.6 pour Wordpress. Ces dernières versions ayant apporté, entre autres, des changements assez notables dans la gestion des médias.

Un rédacteur c’est ?

Le rédacteur intervient sur la mise à jour du contenu du site. Il peut ajouter des articles, des médias, voire des liens, des mots-clés. Il ne modifie pas l’apparence du site et ne peut pas ajouter de plugins.

Le rédacteur n’a pas de compétence (ni d’incompétence) particulière en matière informatique. Il a besoin de savoir saisir un article et d’y ajouter des médias et liens et c’est tout [2]. S’il en sait plus tant mieux.

Le texte

Saisie

Avec Worpdress, on peut saisir le texte soit en mode « à peu près wysiwyg » où les gras et les italiques sont en gras et en italiques et où les intertitres sont visuellement bien des intertitres, soit en mode html, ce qui permet de contrôler la saisie quand on a des connaissances du html. Quand on enregistre, on reste sur l’article en cours de rédaction, ce qui fait qu’on n’hésite pas à cliquer sur le bouton Mettre à jour, à droite de la fenêtre de saisie, pour sauvegarder le travail en cours. On peut aussi prévisualiser l’article en cours de travail tout en continuant à travailler dessus : il s’ouvre dans une nouvelle fenêtre ou un nouvel onglet que l’on peut rafraîchir. Un bouton « Coller du texte Word » permet de récupérer l’article et la structure d’un document fait sous traitement de texte, mais pas les images intégrées.

L’interface de saisie de texte de SPIP n’est pas forcément la plus accessible qui soit (surtout sans les petites aides supplémentaires ajoutées par certaines lames du Couteau suisse), ni celle qui facilite le plus la relecture (les accolades et les crochets finissent par un peu brouiller le texte), ni même la plus ergonomique d’ailleurs. Cela dit, avec le plugin odt2spip, on peut saisir confortablement son texte, structuré, dans un traitement de texte comme celui de LibreOffice ou d’OpenOffice et l’intégrer en deux coups de cuillère à pot —images comprises— dans un article. Quand on enregistre l’article, on quitte l’espace de saisie et la prévisualisation s’ouvre à la place de l’article si on ne pense pas à faire un clic-droit « Ouvrir dans un nouvel onglet ».

Il n’y a pas de doute, Wordpress facilite vraiment la vie des rédacteurs [3], SPIP nettement moins sauf à ajouter des plugins (et encore).

Structure du texte

SPIP a une vision journalistique des articles avec des notions de sur-titre, titre, sous-titre, description, chapô [4], contenu et même un post-scriptum si on veut. On n’est évidemment pas obligé de remplir tous les champs, ni même de les intégrer à son squelette, mais ça donne une structure complète. À noter : la ligne de description sert comme titre pour les liens entre articles du site.

Et puis aussi : les notes de bas de page sont prévues. Et si on désactive le sommaire automatique (une lame du plugin Couteau suisse), on n’a plus aucune trace de sommaire ; et si on le réactive on peut avoir à nouveau des sommaires ; et si on le désactive on n’en a plus (on peut jouer longtemps…)

Pour Wordpress, ce qui est logique pour un blog, un article c’est un titre et du texte. Et puis c’est tout. Pas de notes de bas de page : pour cela, il faut ajouter un plugin (qui laisse des traces quand on le désactive, tout comme le plugin table des matières).

D’un côté une richesse fonctionnelle chez SPIP qui facilite le travail rédactionnel et, accessoirement, doit aussi avoir un impact positif sur le référencement, de l’autre une simplicité qui vire au dénuement.

Typographie

Le respect de la typographie est l’une des très grandes forces de SPIP, c’est même probablement l’un des domaines, avec le multilinguisme, où il écrase tous les autres.

Wordpress : la typo quoi ?

Avantage SPIP : la qualité formelle d’un texte participe à sa compréhension tout de même ! Il est très frustrant, par ailleurs, de saisir un texte proprement et voir votre CMS le massacrer en remplaçant toutes les espaces insécables par des espaces normales sans autre forme de procès et c’est très vexant de se retrouver avec un texte ou une ligne commençant par un superbe « : ».

Le travail collaboratif

Voilà une autre des grandes forces de SPIP ; son interface privée propose des forums de discussion qui permettent de suivre la vie du site en interne ainsi que le suivi des révisions et des publications.

Il y a sûrement, peut-être ou probablement un plugin qui… ou pas. Bref Wordpress n’est pas fait pour ça.

De fait, SPIP peut même être utilisé pour faire du wiki.

Les médias et documents

Les médias

On a le choix d’intégrer un média selon plusieurs façons et leur gestion s’est beaucoup améliorée avec la version 3 de SPIP. On peut utiliser la balise « multi » pour les titres, les légendes et les descriptions des images et même pour indiquer les droits.

Wordpress n’est de toute façon pas multilingue et on ne peut pas ajouter de mention de droit sur les images ; mais on peut ajuster la taille de l’image.

Les documents

SPIP a prévu que l’on pouvait ajouter des documents, et donc des champs spécifiques, et il rajoute automatiquement le poids et le format du document.

Wordpress non [5].

Avantage SPIP sans contredit.

Les liens

Les liens vers des articles intégrés au site

Wordpress, en bonne interface de blog, permet de faire une recherche dans le contenu du blog pour ajouter un lien interne au site [6]. Il demande aussi si le lien doit ou non s’ouvrir dans une nouvelle fenêtre, en prime on peut saisir le titre du lien.

SPIP là-dessus pêche un peu parce qu’il faut pouvoir indiquer le numéro de l’article ou de la rubrique auquel on se réfère pour l’ajouter en lien (donc nécessité d’avoir le site ouvert dans un autre onglet).

Wordpress est plus agréable d’usage de ce point de vue.

Les liens vers des sites externes

C’est encore un domaine ou SPIP se caractérise par sa richesse fonctionnelle : on peut ajouter ces liens évidemment dans le corps du texte, mais aussi en référence (et en exergue) à un article, gérer un annuaire de liens liés à des rubriques [7].

Soit les liens sont dans des articles, soit dans des widgets [8]. Wordpress permet de les organiser en catégories mais c’est tout (outre le fait qu’on peut, au moment de la saisie, indiquer si le lien s’ouvre ailleurs ou pas).

La richesse fonctionnelle de SPIP, qui doit d’ailleurs être un point fort pour le référencement, l’emporte largement.


En conclusion :
On saisit plus confortablement du texte dans Wordpress, mais il vaut mieux oublier toute espèce de prétention en matière de qualité typographique ni envisager un travail collaboratif, ni avoir des textes structurés avec des accroches (sauf à paramétrer le tout en php), des sommaires et des notes de bas de page et encore moins d’annuaires de lien… Bref c’est un choix entre le confort, relatif, et les fonctionnalités.


[2Et aussi de savoir corriger son texte, mais passons…

[3Même comme ça, il y a des rédacteurs qui ont du mal à comprendre ce qu’il faut faire.

[5Oui, je sais en cherchant bien, il doit y avoir un plugin qui…

[6Il est à noter que Dotclear propose carrément deux boutons différents : un pour les liens internes au blog, un pour les autres liens.

[7Dommage qu’il faille des plugins pour spécifier que l’on veut que seuls les liens externes s’ouvrent dans une nouvelle fenêtre ou un nouvel onglet et non les liens internes au site.

[8Bon d’accord, on peut aussi faire une note de blog avec tout plein de liens.

Messages

  • Est-ce à dire que la saisie est plus facile du fait du wysiwyg (et donc d’un code HTML tout sale derrière) ?

    Il est vrai que SPIP a fait le choix d’une rédaction syntaxique qui oblige à plus de riguer. Ceci, on peut installer du wysiwyg en plugin (avec tous les défauts derrière).

    Il est vrai aussi qu’il y aurait des pistes d’amélioration comme de la coloration syntaxique du texte, l’adoption d’une syntaxe alternative (markdwon... mais qui a aussi ses défauts) etc.

  • Zut, les forums ne sont pas crayonnés. Et comme d’habitue j’ai validé trop vite. Bon, je voulais dire rigueur dans le second paragraphe et il manque un dit après Ceci...

  • Oui c’est vraiment plus agréable pour l’œil d’avoir un rendu débarrassé de l’ornementation due au code et le code html généré par Wordpress n’est pas si sale que ça. Il est même tout à fait correct.
    Cela dit, cette série d’articles, je l’ai écrite dans LibreOffice parce que le travail y est nettement plus confortable que dans SPIP et que j’espérais vaguement que le plugin odt2spip serait installé sur ce blog. Rédiger des textes aussi longs dans l’interface de saisie de SPIP rend le travail de relecture (voire de rédaction) trop ardu (et déjà là, je remercie Denisb et Ben pour la qualité de leur relecture).
    Il faudrait accepter que les rédacteurs, tels que je les ai définis, peuvent être rebutés par une interface de saisie qui ne leur permet pas de voir ce qu’ils font et cela quelques soient les qualités de SPIP par ailleurs. Et peut-être aussi essayer un peu Wordpress pour comprendre les différences.

  • Salut,

    je suis d’accord avec Ysabeau (en tout cas pour la facilité, le côté propre, je ne sais pas)...

    Le rédacteur, ce qu’il voit en 1er lieu, c’est la facilité/complexité avec laquelle il peut mettre des choses en ligne. Tout ce qui est défauts liés aux éditeur wysiwyg, il ne le voit que bien plus tard (voir pas du tout parce qu’il s’en fout !).

    Il ne faut pas négliger l’expérience utilisateur au profit du respect des normes (ni l’inverse d’ailleurs). Après, il y a toujours la possibilité que l’admin sensibilise le rédacteur au pourquoi du comment... En tout cas, j’aimerais bcp voir des essais de Markdown dans SPIP.

    jeanmarie

    PS : merci pour cette série de billets

  • J’aimerais affiner un peu ce comparatif, car certains aspects sont un peu trop survolés.

    Question collaboration, WordPress permet quand même de parcourir très facilement toutes les révisions (y compris les sauvegardes automatiques) en indiquant qui a commis la sauvegarde - et même de consulter un différentiel entre deux sauvegardes ; et il vous préviendra aussi si un autre rédacteur est en train de travailler sur le même document que vous.

    C’est certes au cas par cas (par article ou page), mais chaque membre de la rédaction sait tout de chaque modification. La communication entre eux ne se fait certes pas dans WordPress, mais bon : ils travaillent ensemble, ils doivent bien avoir un canal de communication.

    Concernant les médias, WordPress permet d’ajouter une légende, une description (tiens, si on y mettait les droits, comme c’est recommandé ?) et même un texte alternatif. Par contre le poids et le format pour le document n’est pas ajouté automatiquement (j’aimerais beaucoup !).

    De plus, concernant les contenus spécifiques (châpo, description, sous-titre, etc...) un plugin parfait existe : Advanced Custom Field. Il est réellement surpuissant et permet de gérer son contenu avec une finesse incomparable (mais OK : c’est un plugin, donc mauvais point pour WordPress ^^).

    En tant que CMS et du point de vue d’un rédacteur, WordPress est juste imbattable. Cependant je vais tester Spip par curiosité pour la qualité de son traitement typographique, qui me demande sur WordPress de gros efforts et est donc un vrai point noir à mon sens.

    Merci pour ce comparatif détaillé, qui me donne vraiment envie de tester Spip :)

  • Bonjour,

    Content de voir ce type d’article car je n’ai plus mis les pieds dans l’interface de rédaction de Spip depuis un moment, même si je sais pourquoi je l’ai quittée et ce que j’y ai laissé en termes d’avantages/inconvénients.

    Les points forts de Spip me paraissent assez justement relevés mais aussi ses faiblesses bien que je pensais vraiment que certains points avaient été corrigés depuis le temps (utilisabilité de l’éditeur, liens internes, détournement des balises multi pour faire des choses pour lesquelles elles ne sont pas prévues…).

    Je vais aller dans le détail en relevant quelques points cependant omis chez WordPress :

    Typo : il y a un utilitaire d’ajout des caractères insécables mais aussi de pas mal de caractères spéciaux dans TinyMCE, en natif.

    Documents liés : ils sont gérés comme n’importe quel média (via le gestionnaires de médias), il est donc possible d’attacher n’importe quel document (pdf, doc, odt, zip…) à un billet.

    Circuit de validation : pas de forum, effectivement mais une gestion des versions permettant de voir qui a fait quelle modifications et de comparer deux documents (comme dans tout traitement de texte) pour revenir à une version antérieure. Il est possible de mettre en place un circuit de validation avec les différents niveaux de profils utilisateurs (documents en attente de relecture, etc.).

    Gestion des images : il est bien sûr possible de mettre en place un titre, une légende et une description de l’image. Comme pour Spip, cela dépend en fait de la gestion qu’en fera le thème. A noter que la fonction de modification des images est plus riche qu’un simple redimensionnement : il est possible de choisir différentes tailles d’images pour qu’elles soient automatiquement utilisées en tant qu’image à la une par exemple, de pivoter ces images, d’effectuer des petites opérations de modification (mieux vaut le faire avant tout de même).
    Concernant les images, il faut aussi souligner la possibilité de gérer des galeries attachées en natif :)

    J’ai d’autres choses à ajouter, mais je ne voudrais pas avoir l’impression de monopoliser la parole et mon commentaire est déjà bien long :)

    En tout cas, merci pour ces articles intéressants car focalisés sur un point de vue particulier… et particulièrement important !

  • Merci Jeanmarie. Il y a des pistes d’amélioration de l’interface de saisie des articles dans SPIP à mon avis et, personnellement, je trouve que des balises de type h1, span etc., voire des astérisques (marque du gras) sont bien plus lisibles que les accolades.

    Gaël Poupard : si, quand on parle de sauvegarde, on parle bien de ce qui permet d’avoir une version de secours de la base de données, c’est quelque chose qui n’existe pas dans Wordpress en standard. Donc je ne comprends pas bien de quoi vous parlez même si, effectivement, on peut suivre, article par article les révisions. Concernant les médias pour moi, globalement, les deux modules se valent avec leurs différences propres c’est pour cela que je ne me suis pas étendue dessus (et d’ailleurs dans la discussion que j’ai synthétisé ce point n’a pas été très abordé). Concernant le plugin qui permet de rajouter des chapôs et autres champs, j’ignorais son existence, mais surtout... je suis un peu traumatisée par mes plugins de Table de matières et de Notes de bas de pages :-) et je me demande comment se comporte Wordpress si on décide de se passer de ces champs là. Je suis contente que cela vous aie donné envie de tester SPIP. Et merci pour les informations.

    audrasjb : concernant la typographie, c’est un plugin... et c’est bien le problème fondamental de Wordpress, il faut faire la chasse au plugin pour avoir quoi que ce soit en plus avec tous les problèmes que cela pose. Et concernant les documents liés, SPIP ajoute automatiquement l’extension et le poids et, en outre, pour l’utilisateur lambda, c’est beaucoup plus évident d’ajouter un document lié qu’avec Wordpress.
    Quant aux balises multi de SPIP elles sont essentielles quand on travaille sur les traductions d’un article puisque, du coup les images et documents attachés communs à toutes les versions du document ont leurs titres dans la langue de l’article ce qui est un gain de temps considérable. En tous cas, merci pour vos remarques.

  • Ah, sinon, petite découverte récente, on ne peut pas mettre de fichier epub en téléchargement sur un site Wordpress pour des raisons de « sécurité » ! Je n’ai pas ce problème sur mon SPIP bien aimé.

  • Inconvénients de WP que j’ajouterai par rapport à SPIP :

    - gestion des documents : pas aussi centralisée. Avec les modèles Spip, il est possible de changer le document et tout est changé-répercuté sur l’ensemble du site. Dans Wp si je change le nom du document, il me faut refaire l’insertion article par article pour modifier le nom (ou bien, si j’ai changé le doc, le lien ne sera pas mis à jour... encore que je ne sois pas sûr qu’on puisse remplacer un doc sans avoir à passer par le ftp)

    - autre point faible, les documents liés ne sont pas référencés par le moteur de recherche (il faut inclure le document dans l’article pour qu’il soit pris en compte par le moteur de recherche de WP : bref, en fait , seul le contenu des articles est référencé par le moteur de recherche.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.